Y’a des matins comme ça…

Publié le par Sabrina Richard Auteur

Avant de vivre de ma plume, j’étais comme vous. Tous les matins j’allais pointer et c’était la course. J’étais déjà du style à être systématiquement en retard pour le boulot, alors imaginez ma vie depuis que j’ai deux mioches…

Pourtant, c’est pas faute de mettre le réveil 1h30 avant de partir ! Pour tout vous avouer, je suis une vraie marmotte et un peu lente à la détente, ce qui est totalement incompatible dès qu’on a des mômes vu qu’il faut se bouger les fesses pour que tout le monde soit prêt à l’heure H.

Mais des fois, la machine a des ratées…

 

***

 

Ce matin-là, en plein mois de février, je me lève tant bien que mal quand mon réveil sonne à 6h30.

Je remonte le couloir vers la cuisine en me tenant aux murs, prépare le petit-déj de mes deux monstres et vais les réveiller. Une fois n’est pas coutume, c’est l’ainé qui supervisera sa sœur afin d’éviter qu’elle ne balance ses céréales à travers toute la pièce.

Je profite de ces quelques minutes pour foncer prendre ma douche et, une fois habillée, je récupère mes petits et les entraine dans la salle de bains pour leur faire une toilette de chat (en bonne mère prévoyante, je leur donne un bain tous les soirs, comme ça je gagne du temps le lendemain matin).

Dans un monde idéal, mes deux loupiots se laisseraient faire sans sourciller… Dans la vraie vie, la toilette de chat se transforme en inondation du carrelage et en maman toute trempée…

Je les houspille du fond de mon armoire, où je cherche des fringues propres et sèches (faut que je pense à faire des lessives…). Au bout de deux minutes, j’émerge de mon placard légèrement échevelée, un chemisier presque finit de boutonner sur le dos et un jean un peu trop petit sur le cul.

Je jette un œil à mon réveil et c’est l’horreur, ça y est, merdouille, on est en retard !

J’attrape les manteaux sur le parterre de l’entrée, me bagarre avec mes gamins pour qu’ils les enfilent, je choppe mon sac à main et là je réalise que j’ai les cheveux trempés parce que je ne pas eu le temps de les sécher.

Note à moi-même : vu qu’il fait 4 degrés dehors, ne pas oublier de prendre rendez-vous chez le toubib le plus rapidement possible. En langage parisien ça veut dire dans deux ou trois jours vu que ma doc est surbookée. Du coup, ça va laisser le temps à la grippe de s’installer pépère et de contaminer toute la famille.

Je claque la porte de l’appart et ferme les serrures à tâtons. J’attends toujours que le concierge de l’immeuble veuille bien prendre cinq minutes de son précieux temps pour remplacer l’ampoule du palier (ça fait une semaine que je lui ai demandé, si ça continue je crois que je vais finir par le faire moi-même).

Tiens, l’ampoule de l’escalier est HS elle aussi…

Je descends les marches quatre à quatre suivis de mes deux bambins, tout en faisant gaffe à ce qu’on ne finisse pas aux urgences pour cause de fractures.

Quatre étages plus bas, je déboule dans l’entrée de l’immeuble et passe deux bonnes minutes à me battre avec cette saloperie de porte qui pèse deux tonnes.

Une fois dans la rue, j’entends vaguement les gosses se plaindre qu’ils ont froid, mais je préfère faire la sourde oreille : ils ont leurs manteaux, donc ils ont chaud !

Cent mètres plus loin, mon petit doigt me dit que quelque chose cloche… Les gens me croisent et me regardent bizarrement.

Ça se voit tant que ça que mes cheveux sont mouillés ? Rassurez-moi, il faut qu’il gèle pour que des stalactites se forment sur ma tignasse, non ?

Pendant ce temps-là mes deux gnomes continuent de geindre en essayant de marcher à ma hauteur, ce qui pour leurs petites gambettes est un exploit.

Nous traversons à toute vitesse le boulevard en direction de l’école et là, je sens comme une résistance de la part des petits, ils me tirent en arrière de plus en plus fort et s’ils continuent je vais me péter la tronche version XXL vu que les trottoirs sont verglacés (je vous rappelle qu’on est en février).

Exaspérée car il est déjà 8h30 et que j’ai pas le temps de gérer leurs caprices, je me retourne vers eux et balance :

— Quoi ? C’est quoi le problème à la fin ?

Et là je bug, je ne comprends pas ce que je vois… Ils ont les yeux larmoyants, le menton qui tremblote. C’est sûr, y’a un hic, mais lequel ?

— M’man, j’ai vraiment trop froid ! me rétorque mon p’tit père.

Cathy surenchérit en tapant des pieds.

— J’vois pas où le problème, vous avez vos mante…

Je ne finis même pas ma phrase tellement j’ai honte… C’est vrai, ils ont leurs manteaux, mais en-dessous ils sont toujours en pyjama !

— OK, on va être en retard ce matin, très très en retard…

Demi-tour gauche, retour à la maison fissa en oubliant pas de baisser la tête pour ne pas croiser le regard des passants…

Note à moi-même : pensez à vraiment prendre rendez-vous chez le toubib sinon la grippe va nous mettre KO tous les trois et mon mari sera incapable de faire face et de gérer tout seul la baraque…

 

 

© Sabrina Richard – « Ma vie de femme presque parfaite »

Publié dans My life

Commenter cet article

Nina Padilha 14/04/2014 19:08

Désolée de ton infortune, ma belle, mais je suis pliée de rire !
J'adore ta plume et la façon de narrer tes déboires !
Mazette ! Tu me fais presque oublier ma mésaventure du jour !
Bisous hilares !

Sabrina Richard Auteur 14/04/2014 19:11

Nina, c'est un roman, pas une autobiographie lol ;-)
Gros bisous

Joelle mimouni 14/04/2014 11:21

Je l ai vecu Mai's en inversant les habits de mes enfants le gars en fille ( Jean rose et chemisier a fleur) et la fille jean kaki militaire et chemidse assortie .a la sortie des classes je me Suis fait dechirer.........

Sabrina Richard Auteur 14/04/2014 19:10

Encore, ta fille en jean kaki militaire c'est pas très grave, par contre, ton loupiot en jean rose et chemisier à fleurs, le pauvre bonhomme ! Il a dû se faire charrier toute la journée par ses camarades d'école lol

Sabrina 14/04/2014 08:12

Tu remarqueras que cela n'arrive jamais en juin ;) .... Toujours un grand plaisir de te lire.

Sabrina Richard Auteur 14/04/2014 08:15

Coucou Sab,
ça pourrait arriver en juin, mais ça serait beaucoup moins drôle lol ;-)
Bise et merci pour ta visite